Pratique des Biostatistiques
Dernière modification: 22 novembre 2010

Limites de l'interprétation

Les principes et les mises en garde concernant les limites de cette approche sont développés au module 20 dans le cadre de l’équation la plus simple Y = B0 + B1X1 . Ce sont les points spécifiques à la généralisation du modèle qui seront abordés ici.

Les précautions suivantes doivent être prises pour interpréter les résultats :

Plus on complexifie le modèle, plus la variabilité résiduelle peut être – apparemment- expliquée. Le nombre d’observations doit être relativement grand par rapport au nombre de variables incluses dans le modèle. Bien qu’il n’existe aucune règle absolue en cette matière on se référera au minimum à la règle empirique n > 2p

Les coefficients sont délicats à interpréter. En effet, B1 donne la variation de X1 correspondant à l’augmentation d’une unité de Y, pour autant que X2 reste constant. En pratique, cela est irréaliste car X1 est généralement corrélé à X2.

Les relations bivariées doivent préalablement être explorées graphiquement. La présence de données extrêmes ou aberrantes, la non linéarité de certaines relations, les écarts systématiques au modèle sont susceptibles d’affecter grandement les résultats.

Les conditions de linéarité étant souvent précaires et limitées à un domaine de X, l’extrapolation des résultats est toujours hasardeuse.

La régression polynomiale produit un modèle très « plastique » qui interpole bien les points mais ne possède aucune valeur d’extrapolation. La valeur des paramètres ne peut pas être associée à une explication structurelle du phénomène décrit.